Lucy, un Besson moyen

Genre: Fantastique / Action – France 2014 – Réalisé par: Luc Besson Scénario: Luc Besson Production: Canal+, Ciné+, EuropaCorp, TF1 Films Production Sortie: US : 25/07/14, FR: 06/08/2014 – Budget: 40M$ – Avec: Scarlett Johansson, Morgan Freeman, Choi Min-sik, Amr Waked, Pilou Asbæk, Analeigh Tipton, Julian Rhind-Tutt

Ce diaporama nécessite JavaScript.

http://www.lucymovieintl.com

Synopsis:

Des cellule en cours de division, des images de la premières femme, Lucy, en train de boire, et puis cette question: “la vie nous a été donnée il y a plus d’un milliard d’années, qu’en avons-nous fait?”

Basculement de l’autre côté de la colline (et d’époque) vers Taipei, Taïwann. Symbole de modernisme, du jeu, de l’argent, de tours gigantesques, et de la corruption, bref un résumé de ce que l’homme peut faire de plus mauvais!

Lucy (Scarlett Johansson) en 2014 est une jeune femme blonde de 25 ans qui pendant ses études dans cette ville gigantesque. Elle sort depuis seulement quelques jours avec un dealeur de bas étage.

Alors qu’il craint pour sa propre vie, il embarque malgré elle la jeune femme, qui doit livrer une marchandise à la pègre Coréenne, dirigée par M. Jang.

Perdue et terrorisée, Lucy va se retrouver au cœur du trafic de CPH4, cette hormone libérée pendant la croissance du fœtus. Utilisée comme mule et tabassée en cellule, Lucy va voir l’étrange drogue s’épandre dans son corps.

Mais au lieu d’entrainer une mort inéluctable, l’overdose va avoir un effet inattendu: celui de développer sa capacité cérébrale, de manière exponentielle. Dénuée de tout sentiment, et dans le raisonnement pure, Lucy va prendre contact avec le professeur Samuel Norman (Morgan Freeman), chercheur sur le cerveau, et dans le même temps récupérer le CPH4 afin de survivre. Lucy part donc vers Paris, alors que seul le temps compte pour elle… 

La Petite Critique:

Annoncé de longue date par Besson souhaitant se rattraper après un 5ème élément qui n’a pas bénéficié des meilleures technologies de l’époque, “Lucy” est tout sauf un gros film à effets spéciaux qui nécessitera d’aller au ciné!

Sous des propos pseudo-scientifiques sur l’histoire de l’homme et de son développement chez Besson: de l’action, des courses poursuites, et un bien maigre scénario au final qui fera oublier le film.

Bien sûr les 1h30 que de durent le film ne sont pas ennuyeuses, et on est même content de voir une Scarlette Johansson s’éclater dans un film d’action, entre deux Marvel. Mais entre ça et Taxi, quelle différence au fond? On aimerait que le réalisateur aille plus loin dans l’aspect psychologique de son personnage, et puisque c’était aussi son propos, plus loin dans la critique de ce que l’homme a fait de ses connaissances!

Une réflexion au sujet de « Lucy, un Besson moyen »

  1. Ping : Ghost in the shell - film (2017) - Sérial Bloggeur - le blog officiel

Laisser un commentaire