Ghost in the shell – film (2017)

Genre: Fantastique – Année: 2017 – Pays: Drapeau des États-Unis Etats-Unis – Réalisé par: Rupert Sanders – Producteurs : Avi Arad, Steven Paul, Michael Costigan D’près: Ghost in The Shell de Masamune Shirow – Production: DreamWorks Pictures, Reliance Entertainment, Arad Productions, Shanghai Film Group Corporation, Huahua Media – Distribution: Paramount picturesDurée: 1h47 – Sortie: 29/03/2017 – Budget: 102 M$ – Avec : Scarlett Johansson, Takeshi Kitano, Michael Pitt, Pilou Asbæk, Chin Han, Juliette Binoche

ghost in the shellhttps://ghost-intheshell.com/

Synopsis:

Dans un futur proche, les hommes ont trouvé le moyen d’augmenter leurs capacités en s’ajoutant des technologies cybernétiques. Ces prouesses sont sans doute liées aux recherches de Hanka Technologies qui a un monopole sur ses recherches. Dans ses laboratoire, la firme permet à une jeune femme, Mira Killian, victime d’un terrible attentat, de récupérer un corps artificiel, dans lequel est greffé son cerveau et son âme.

En échange de ses nouvelles habiletés, Major, comme elle se fait appelée maintenant, est au service de la section 9 (bureau luttant contre la cybercriminalité). Lors d’une mission, Major et ses partenaires font face à des robots piratés qui assassinent des hommes important de Hanka tech. Un message évoque Kuze, comme instigateur de ces crimes. Major, accompagnée de Batou enquête sur ce terroriste.

Dans le même temps, la jeune femme a régulièrement des visions (glintch) qu’elle ne maitrise pas, évoquant des lieux comme d’anciens souvenirs. Au fur et à mesure que son enquête progresse, Mira Killian va comprendre qu’elle n’est pas forcément ce qu’elle pense être…

La Petite Critique:

Au départ Ghost In The Shell est un manga publié en 1989, qui a donné lieu à deux suites, et des adaptations sous forme d’ OAV (films d’animation). Le film ici simplifie la trame de base, plus complexe, mais n’en oublie pas le propos principal.

Si l’action est au rendez-vous, comme les images de ville parsemée d’effets 3D, le film nous questionne sur ce rapport entre l’homme et la machine. Jusqu’à quel point allons-nous développé une intelligence artificielle, et dans quel but? Un film beaucoup plus intéressant que le Lucy de Besson, dans lequel jouait déjà Scarlett Johansson…

Lucy, un Besson moyen

Laisser un commentaire